/« Un projet pour la nation ne peut répondre à toutes les demandes », déclare Macron à Souillac

« Un projet pour la nation ne peut répondre à toutes les demandes », déclare Macron à Souillac

Pour la seconde fois en trois jours, Emmanuel Macron a échangé vendredi pendant plus de six heures avec 600 maires pour tenter d’apaiser les tensions et répondre à la crise des Gilets jaunes, à Souillac, en Haute-Garonne.

À Souillac, paisible cité de la vallée du Lot, Emmanuel Macron est retourné au combat vendredi 18 janvier. Trois jours après un premier oral marathon dans l’Eure, le chef de l’État est remonté sur scène pour faire face à quelque 600 maires d’Occitanie rassemblés dans la commune de la vallée de la Dordogne, qui tente de renaître loin des grandes villes

Pour la seconde fois en trois jours, Emmanuel Macron a échangé pendant plus de cinq heures avec 600 maires, dont certains l’ont prévenu que les mots seuls ne suffiront pas à mettre fin à la crise des Gilets jaunes, à la veille de l’acte X du mouvement.

Le « grand bluff »

« Je vous mets en garde, monsieur le président : il ne faudra pas que ce débat devienne le grand bluff ! », a averti le président de l’association des maires ruraux du Lot, Christian Venries, au début de la discussion dans la petite ville de Souillac. « J’espère que vous n’êtes pas dans la posture du ‘dites-moi de quoi vous avez besoin, je vous expliquerai comment vous en passer’ », a lancé Christian Venries au chef de l’État, qui prenait des notes, assis au premier rang.