L'actu Live

La calicivirose féline : quels sont ses symptômes ?

© calicivirose féline

Afficher Masquer le sommaire

Quels sont les symptômes de la calicivirose féline chez le chat ?

La calicivirose féline chez le chat représente une maladie causée par de nombreuses souches d’un virus nommé Calicivirus. Cette infection aura lieu suite au contact d’un chat infecté avec un autre qui ne l’est pas, ou alors, à travers l’environnement. Le virus qui en est responsable sera principalement éliminé par les sécrétions orales, oculaires et nasales.

La fréquence de ce dernier varie en fonction du nombre de chats qui vivent ensemble ainsi que leur mode de vie. Ceux qui sortent souvent à l’extérieur en seront plus aisément touchés. La forme classique de la maladie (orale et respiratoire) sera, en général, plus atténuée chez les chats adultes immunisés et plus grave chez les jeunes chats n’ayant pas été vaccinés.

Quels sont les signes précurseurs de la calicivirose chez le chat ?

Le tableau clinique de la maladie est assez spécifique. On remarquera la présence de :

  • fièvre ;
  • ainsi que d’ulcères buccaux ;
  • accompagnés de signes conjonctivaux et respiratoires modérés (jetage nasal, éternuements, écoulements oculaires).

Les ulcérations se trouveront généralement sur la langue, toutefois, ils peuvent apparaître dans d’autres sites (le nez, les lèvres et plus rarement la peau). Quelques présentations moins fréquentes existent, telles que :

  • les maladies chroniques de la cavité orale ;
  • ou alors, les boiteries aiguës qui s’accompagnent de fièvres transitoires.
À lire aussi  Reproduction chez les chats : tout ce que vous devez savoir !

Il est possible que ces manifestations apparaissent quelques jours seulement à la suite de la manifestation de signes classiques de l’infection naturelle, mais aussi, suite à une vaccination, en particulier lors de l’injection d’un vaccin vivant modifié.

Une forme virulente de calicivirose féline a été décrite plus récemment, elle est plus fréquente chez les chats adultes ayant été vaccinés. Il y a une grande variation des signes cliniques, cependant, les plus spécifiques de la maladie sont des œdèmes périphériques, principalement au niveau des extrémités et de la tête, ainsi que de la fièvre, en plus de l’apparition de lésions ulcératives des coussinets et de la peau.

Quelques chats peuvent développer de l’ictère, des signes respiratoires assez graves ainsi que des troubles de la coagulation qui se manifesteront par :

  • des ecchymoses ;
  • des pétéchies ;
  • et des hémorragies.

Existe-t-il un traitement contre la calicivirose chez le chat ?

Il n’existe, jusqu’à présent, aucun traitement antiviral pouvant agir contre le virus de la calicivirose chez le chat. Le traitement administré vise alors tout particulièrement à soutenir l’organisme pendant la durée de l’incubation afin d’aider le système immunitaire.

Il faut que vous veilliez à assurer un équilibre électrolytique ainsi qu’une hydratation qui soient adéquats, et ce, à l’aide de perfusions quand cela sera demandé. Prendre soin de l’hygiène des voies respiratoires sera aussi important (nettoyage des sécrétions oculaires, buccales et nasales au soluté physiologique).

Quelques chats peuvent arrêter de s’alimenter, en raison des douleurs causées par les ulcères ou bien à cause de la fièvre ou à la suite de la perte de l’odorat. Il est nécessaire d’alimenter au plus vite vos chats, soit en plaçant une sonde d’alimentation ou bien en leur administrant certains stimulants de l’appétit, et ce, en fonction de la gravité des cas.

À lire aussi  Insuffisance rénale chez le chat : quels sont ses symptômes ?

Sont aussi essentiels :

  • un traitement anti-inflammatoire pour le soulagement de la douleur ;
  • en plus d’un traitement antibiotique adéquat ;
  • des anesthésiques locaux peuvent, eux aussi, être utilisés sur les ulcères au niveau de la cavité buccale, afin d’apaiser la douleur.

Faut-il vacciner son chat contre la calicivirose du chat ?

En raison de la fréquence assez élevée de la calicivirose chez les chats, il est devenu très hautement conseillé de faire systématiquement vacciner tous les chats, même ceux qui ne sortent pas dehors.

La première vaccination chez les chatons se fait à partir de 2 mois d’âge et doit être suivie d’un rappel 2 à 4 semaines plus tard. Les anticorps maternels sont capables d’interférer avec le vaccin, donc, une troisième vaccination peut être recommandée à 16 semaines, au niveau des collectivités à haut risque.

Pour les chats adultes ayant été normalement vaccinés, il faudra leur faire réaliser 2 injections, à 2 à 4 semaines d’intervalle. La fréquence du rappel du vaccin variera selon la situation de chaque chat. La vaccination devra se faire, par la suite, tous les 2 à 3 ans pour les chats vivant en intérieur et qui n’ont pas de contact avec les chats d’extérieur.

Quant au cas des chats d’extérieur ou de ceux ayant un contact répété avec les autres chats, le rappel annuel est conseillé. Il faut noter que la plupart des vaccins ne permettent pas de protéger contre l’intégralité des souches vaccinales. En effet, quelques chats, même vaccinés, peuvent être touchés par la maladie de la calicivirose.