Politique

L’administration Trump reporte les audiences d’immigration des migrants en attente au Mexique

L’administration Trump a reporté toutes les audiences liées à la politique controversée de l’administration de renvoyer les migrants au Mexique jusqu’à leur date de comparution aux États-Unis en raison du coronavirus, a annoncé lundi soir le bureau exécutif du ministère de la Justice pour l’immigration.

Les audiences prévues jusqu’au 22 avril seront reportées, selon un communiqué de l’EOIR, qui supervise les tribunaux de l’immigration du pays. Il a toutefois ajouté que la politique de l’administration – officiellement connue sous le nom de protocoles de protection des migrants – ne sera pas annulée, pas plus que les audiences.

La soi-disant politique de l’administration Rester au Mexique oblige les migrants, dont beaucoup sont d’Amérique centrale, à attendre au Mexique pendant la durée de leurs audiences d’immigration. Cela a entraîné la création de camps de fortune où des centaines de migrants ont attendu des semaines, voire des mois, dans des conditions sordides et dangereuses. Dans certains cas, les familles de migrants ont choisi d’envoyer des enfants uniquement à la frontière américano-mexicaine.

 

La pandémie croissante de coronavirus et les nouvelles restrictions à la frontière américano-mexicaine ont soulevé des questions sur le programme et ses inscrits.

L’EOIR a déclaré lundi que toute personne ayant une date d’audience jusqu’au 22 avril devrait toujours se présenter à son port d’entrée désigné à la date prévue “pour recevoir une feuille de déchirure et un avis d’audience contenant ses nouvelles dates d’audience”.

La politique de l’administration a fait du ping-pong dans les tribunaux depuis sa mise en œuvre, aboutissant finalement à la Cour suprême.

Plus tôt ce mois-ci, la Cour suprême a déclaré que la politique pouvait rester en vigueur pendant la durée des contestations judiciaires, marquant une victoire pour l’administration, qui s’appuie de plus en plus sur le programme depuis sa mise en œuvre.

Les avocats des demandeurs d’asile ont qualifié la politique du gouvernement d’illégale, ajoutant qu’au cours des mois où elle a été en vigueur, “les informations faisant état de meurtres, viols, enlèvements par torture et autres agressions violentes contre des demandeurs d’asile renvoyés ont augmenté”.

 

Mais l’administration a fait valoir, au milieu de l’épidémie de coronavirus, que le blocage du programme provoquerait une «ruée vers la frontière». En prévision de la décision de la Cour suprême, le Département de la défense a déployé sa Force de réaction aux crises à l’appui des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, ce qui a entraîné le déplacement d’environ 160 agents en service actif vers la frontière sud.

L’EOIR a conclu sa déclaration lundi disant que l’agence, avec le département de la Sécurité intérieure, est “profondément engagée à garantir que les individus” passent leur journée devant les tribunaux “tout en assurant la santé et la sécurité des étrangers, nos agents de première ligne, les professionnels des tribunaux d’immigration et nos citoyens. “

Related Articles

Close