L'actu Live

Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

Afficher Masquer le sommaire

La maladie d’Azheimer affecte les neurones. Elle est caractérisée par une perte de la mémoire de manière progressive et conduit à des conséquences où le patient devient dépendant et doit se faire entourer.

Définir la maladie d’Alzheimer

C’est une perte progressive de la mémoire et de certaines fonctions intellectuelles qui conduisent à des répercussions dans la vie quotidienne. Les symptômes évoluent selon le temps de vie du patient. Ils sont variables d’une personne à une autre.

Les troubles de la mémoire sont les symptômes fréquemment associés à des troubles cognitifs. Les symptômes sont :

  • Trouble du langage
  • Difficultés à effectuer des gestes
  • La perte de la reconnaissance des objets et/ou des personnes
  • Perte de la fonction exécutives, c’est le fait d’adapter son comportement à un contexte précis

Il n’existe pas de causes étudiées.

Les causes de la maladie d’Alzheimer

Aucune cause précise n’existe, mais certaines recherches ont émis l’hypothèse des mécanismes biologiques.

Lorsque nous observons le plan physiopathologique d’un malade, nous pouvons voir que 2 lésions cérébrales importantes. L’une est le dépôt extracellulaires de protéine beta-amyloïde, l’autre des dépôts intracellulaires de protéine tau. Ces deux lésions évoluent anormalement ce qui explique les conséquences de l’apparition d’une aphasie, apraxie et de troubles visuo-spatiaux.

Il existe d’autres pathologies qui produit par ailleurs le même type de dégénérescence :

  • La démence à corps de Lewy
  • La dégénérescence lobaire fronto-temporale

Elles sont dites appartenir à cette pathologie. L’Alzheimer est la plus fréquente chez les personnes âgées, la seconde qui la suit est la démence vasculaire (DV) et d’autres moins fréquentes existent par ailleurs.

À lire aussi  Tout ce que vous devez savoir sur le CBD : efficacité, législation, effets, risques

Entre 65 et 85 ans, ces troubles augmentent tous les 5 ans de nombre de personnes touchées. Il est rare que le diagnostic soit fait sur des personnes ayant passé 85 ans. Elle touche 23% de la population après 80 ans et 50% après 65 ans. Néanmoins, les femmes sont plus touchées que les hommes.

Les enjeux de cette pathologie

Ces troubles atteignent un grand nombre de personnes qui doivent être suivies par des prises en charge spécifique dont une adaptation du système sanitaire. C’est pourquoi les malades sont régulièrement placés dans des maisons de retraite, car ils ne peuvent plus se charger indépendamment. Ils doivent être assistés pour toutes les actions normales et quotidiennes, c’est-à-dire se doucher, manger, boire… En effet, ils n’ont plus de notions qui les entourent, ils redeviennent des enfants que l’on doit éduquer.

Elle progresse donc au début de la maladie, des petits symptômes apparaissent pour ensuite développer progressivement les conséquences graves. Le diagnostic tôt est appréciable pour anticiper les répercussions et prendre en charge médicalement l’individu. La génétique n’est pas la cause fréquente puisqu’elle touche tous types de personnes avec des gènes différents. La prévention en France n’est pas explicitement établie, car de nombreux facteurs sont encore inconnus.

Le patient doit être aidé par sa famille, le secteur médical et les centres spécialisés. Sans ces aides, il est incapable de vivre. Laisser une personne malade seule chez lui peut provoquer des accidents graves, pour sa santé et pour la santé des personnes qui l’entourent.