L'actu Live

Les plus belles citations de la reine Elizabeth II

© Les plus belles citations de la reine Elizabeth II

Afficher Masquer le sommaire

Élisabeth II ou Elizabeth II née le 21 avril 1926 à Mayfair et morte le 8 septembre 2022 au château de Balmoral, est reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et des autres royaumes du Commonwealth, du 6 février 1952 à sa mort. Après le décès de la reine, le roi Charles III, précédemment prince de Galles, a immédiatement accédé au trône.

Les plus belles citations de la reine Elizabeth II A 26 ans, la princesse n’hésite pas un instant : c’est sous son prénom, symbole historique étincelant d’un âge d’or de la suprématie anglaise quatre siècles plus tôt , qu’Elizabeth règnera. Un prénom magique, et c’est le sien :
— Pourquoi en prendre un autre ? dit-elle à son secrétaire.

Elizabeth II n’a jamais été précurseure des modes, mais elle a suivi tous les changements d’époques. « J’ai connu tellement de révolutions dans ma vie », résume-t-elle.

Nous vous proposons les plus belles citations de la reine Elizabeth II

Les meilleures citations d’Elizabeth II

La citation la plus célèbre d’Elisabeth II est sa devise : « Jamais se plaindre, jamais expliquer » « never complain, never explain »

Sa plus belle citation s’adressant au peuple américain après les attentats du 11 septembre 2001 à New York. « Le chagrin est le prix que nous payons pour l’amour » « Le deuil est le prix à payer  pour l’amour »,

« Jamais se plaindre, jamais expliquer »

« Le deuil est le prix que nous payons pour l’amour. »

« Les grands évènements savent me rendre tranquille et calme; ce sont seulement les bagatelles qui irritent mes nerfs.»

« C’est terrible. Si je ne souris pas, j’ai un genre de visage à l’air ronchon. »

« Il est assez facile de définir ce que le Commonwealth n’est pas »

« Tout est lié à l’entraînement : on peut faire beaucoup si on est bien entraîné. »

À lire aussi  Comment trouver un magasin d'accessoire de voiture ?

« Ces misérables bébés ne viennent que lorsqu’ils sont prêts. »

« Comme toutes les meilleures familles, nous avons notre lot d’excentricités, de jeunes fougueux et capricieux et de mésententes familiales. »
« Il a peut-être toujours été vrai que la recherche de la paix est la forme de leadership la plus difficile de toutes. »

« Ne nous prenons pas trop au sérieux. Aucun de nous n’a le monopole de la sagesse. »

« Vers quelle plus grande inspiration et conseil pouvons-nous nous tourner que vers la vérité impérissable qui se trouve dans ce trésor qu’est la Bible ? »

« Je crois qu’il y a une grande peur dans notre génération d’être étiqueté comme un arrogant. »

« Quand la vie semble dure, les courageux ne se couchent pas et n’acceptent pas la défaite ; au contraire, ils sont d’autant plus déterminés à lutter pour un avenir meilleur. »

« Le vrai patriotisme n’exclut pas une compréhension du patriotisme des autres. »

« Mon mari a tout simplement été ma force et le reste pendant toutes ces années, et je lui dois une dette plus grande qu’il n’aurait jamais réclamé. »

« Le monde n’est pas l’endroit le plus agréable. Finalement, vos parents vous quittent et personne ne fera tout son possible pour vous protéger inconditionnellement. »

« Les lâches vacillent, mais le danger est souvent surmonté par ceux qui osent noblement. »

« Le travail est le loyer que vous payez pour la chambre que vous occupez sur terre. »

« Famille ne signifie pas nécessairement parents par le sang, mais souvent une description d’une communauté, d’une organisation ou d’une nation. »

Annus horribilis

« 1992 n’est pas une année dont je me souviendrais avec un plaisir inaltéré. Selon les mots de l’un de mes correspondants les plus sympathiques, elle s’est est avérée être une annus horribilis. Je pense que je ne suis pas la seule à le penser.  »

Annus horribilis, expression en latin signifiant littéralement en français « année horrible », en anglais « horrible year », est l’expression utilisée par la reine Élisabeth II pour qualifier l’année 1992, dans un discours prononcé le 24 novembre 1992 à Guildhall, quelques mois après le 40e anniversaire de son accession au trône.

À lire aussi  Comment faire pour s'inscrire et télécharger l'application Clover ?

Cette expression est un jeu de mots qui fait explicitement référence à Annus Mirabilis, l’« année miraculeuse » de 1666, célébrée par un poème de John Dryden publié en 1667.

L’expression est reprise régulièrement par la presse économique en diverses occasions n’ayant aucun rapport avec 1992

Le chagrin est le prix que nous payons pour l’amour

Le Daily Telegraph a retenu une citation de la reine Elizabeth II en Une de son édition spéciale ce vendredi 9 septembre 2022 :

«Le chagrin est le prix que nous payons pour l’amour».

Le chagrin est le prix que nous payons pour l’amour
Le chagrin est le prix que nous payons pour l’amour

« Grief is the price we pay for love.»

Le chagrin est le prix que nous payons pour l’amour

Les citations sur la Reine Élisabeth II

Stéphane Bern : « Elizabeth II est un symbole et une légende » -« Élisabeth II est la mère de la nation britannique. Elle est un personnage ordinaire mis dans une situation extraordinaire » Le destin d’une reine (2012) :

Stéphane Bern nous conte le fabuleux destin d’une reine aux 1000 vies, de la jeune femme timide montée sur le trône sans aucune préparation aux cérémonies officielles jusqu’aux engagements politiques d’une femme hors du commun. De la grande histoire aux petites histoires, l’auteur nous fait pénétrer dans les coulisses de la monarchie anglaise.

Elisabeth Alexandra Mary Windsor force notre admiration et notre respect et plus que jamais sa maxime « never complain, never explain » prend tous son sens dans une époque tourmentée.

Elisabeth, communément appelée the Queen est reine de 16 états indépendants, chefs du Commonwealth et commandant en chef des armées de chacun de ses royaumes depuis le 6 février 1952. « Débarquée » sur le trône à l’âge de 25 ans, la jeune souveraine ne sera en réalité intronisée que le 2 juin 1953. Une dynastie, un destin, une personnalité hors norme signe 60 ans d’un règne historique.

Elisabeth II est classée 41e femme la plus puissante du monde. Son règne est le 4e plus long de toutes les monarchies européennes derrière Louis XIV, l’Empereur François-Joseph d’Autriche et son aïeule la reine Victoria. Imaginait-elle alors qu’elle aurait plusieurs fois l’occasion de se roder à l’exercice des jubilés ? Le Jubilé d’argent en 1977, puis celui d’Or en 2002. Ainsi, après son ancêtre la reine Victoria en 1897, Elisabeth II entre dans l’histoire comme étant le deuxième monarque britannique à célébrer son Jubilé de Diamant.

À lire aussi  Quels sont les avantages et les inconvénients de l'application de rencontres OkCupid ?

Emmanuel Macron s’adressant au peuple britannique « Pour vous, elle était votre Reine. Pour nous, elle était la Reine. Elle sera avec nous tous pour toujours. »

Majesté. Le règne d’Elizabeth II

Plus qu’une biographie, aussi palpitant que la série The Crown, ce livre nous ouvre les portes de Buckingham Palace et nous invite à partager le quotidien pas tout à fait ordinaire d’une souveraine

Le règne d’Elizabeth II

Après soixante-dix ans d’un règne tumultueux, Elizabeth II reste la femme la plus célèbre au monde. Pourtant, sa véritable personnalité demeure en partie un mystère tant elle est entrée en monarchie comme d’autres entrent en religion. Le devoir chevillé au corps, malgré son âge avancé, elle assume les charges de sa fonction, même si ses proches ne lui ont épargné aucune épreuve : séparations, divorces, crises familiales… Sans compter aujourd’hui les frasques du prince Andrew qui ternissent sa couronne et l’exil tapageur de Meghan et Harry aux États-Unis. Heureusement, la reine peut s’appuyer sur William, la prunelle de ses yeux, et son épouse Catherine, au parcours sans faute. Dans cet ouvrage très documenté, Bertrand Meyer-Stabley nous raconte les grands événements d’une vie. Il nous dévoile la femme dans l’ombre de la reine, nous fait découvrir une héroïne à la fois humaine et dure comme le diamant, inébranlable et désemparée, volontaire et fataliste, drôle et amidonnée, casanière et globe-trotteuse. Il nous explique enfin pourquoi la couronne britannique demeure la Rolls-Royce des monarchies et la dernière à pouvoir jouir d’un tel apparat.