L'actu Live

L’assurance-vie : ce qu’il faut savoir

© L'assurance-vie : ce qu'il faut savoir

Afficher Masquer le sommaire

L‘assurance vie est l’un des produits d’épargne les plus populaires en France. En effet, elle permet de se prémunir contre les aléas de la vie tout en faisant fructifier son capital. Toutefois, il est important de bien choisir sa compagnie d’assurance et de souscrire à un contrat adapté à ses besoins afin de bénéficier du meilleur rendement possible.  Mais quelles sont les principales caractéristiques de l’assurance vie et les critères à prendre en compte pour bien la choisir ?

Quelles sont les différentes catégories d’assurance vie ?

Il existe plusieurs types d’assurances vie, chacune ayant ses propres avantages et inconvénients. Contrat d’assurance en cas de vie, en cas de décès, en cas de vie et décès…

Il existe trois types de contrats d’assurance vie : l’assurance vie (ou en cas de vie), l’assurance vie entière (assurance en cas de décès) et les contrats mixtes vie et décèsIl ne faut pas la confondre avec l’assurance décès qui prévoit uniquement une transmission de capitaux si l’assuré décède.

L’assurance-vie garantit des versements en capital ou des versements de rente aux participants ou bénéficiaires spécifiés dans le contrat. L’assurance vie classique est une opération d’épargne.

Pour simplifier : L’assurance vie entière représente une garantie pour les personnes à charge de l’assuré, et l’assurance vie sert d’investissement car l’assuré est le bénéficiaire du contrat.

Le contrat d’assurance en cas de décès vie entière, dénommé plus communément vie entière ou assurance décès est un contrat d’assurance souscrit pour une durée indéterminée. Il s’agit d’une opération de prévoyance. Il garantit le versement d’un capital en cas de décès de l’assuré, quel que soit son âge, au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) ou en cas de perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA) (avant un certain âge).

De nombreuses formules d’assurance-vie sont proposées, selon la période choisie et l’option de retraite (rente ou capital). Les risques encourus par les assurés dépendent également du support choisi. Les contrats libellés en euros bénéficient d’un capital garanti, mais le capital des contrats en unités de compte ou en actions varie selon le marché.

L’assurance-vie universelle est l’un des types d’assurances vie les plus populaires. Elle offre une couverture à long terme et permet aux titulaires de l’assurance de bénéficier d’une certaine flexibilité en ce qui concerne les paiements. Cependant, l’assurance-vie universelle peut être coûteuse et il est important de comprendre les différentes options avant de souscrire une police.

L’assurance-vie temporaire est une autre option populaire. Elle offre une couverture à court terme et est généralement moins coûteuse que l’assurance-vie universelle. L’assurance vie temporaire permet de vous protéger pour une durée limitée, par exemple 10 ou 20 ans. Elle est automatiquement renouvelable, moyennant une augmentation de la prime. Cependant, l’assurance-vie temporaire ne vous offrira pas la même flexibilité en ce qui concerne les paiements et elle ne vous couvrira pas aussi longtemps.

L’assurance-vie à prime unique est une autre option populaire. Elle offre une couverture à long terme, mais vous ne serez couvert que pour une période de temps limitée. Cela peut être avantageux si vous avez besoin d’une assurance-vie à long terme, mais que vous ne souhaitez pas y consacrer tous vos épargnes.

À lire aussi  Peut-on faire une soumission d’assurance auto en ligne ?

L’assurance-vie n’est pas quelque chose que tout le monde a besoin, mais elle peut être utile pour ceux qui ont des proches à charge. Si vous êtes responsable d’une personne âgée ou handicapée, vous devrez peut-être souscrire une assurance-vie pour vous aider à payer les frais de soins de cette personne. De même, si vous avez des enfants à charge, une assurance-vie peut vous aider à payer leurs frais de scolarité ou de garde.

 

Tout savoir sur l'assurance vie

 

 

La fiscalité des assurances vie en France

La fiscalité des assurances vie en France est un sujet complexe et souvent confus. Il est important de comprendre comment les assurances vie sont imposées avant de investir dans un contrat. Tant que vous ne touchez pas à votre contrat, vous ne payez aucun impôt.

Un prélèvement forfaitaire unique

Les assurances vie sont généralement imposées au taux forfaitaire de 30%.

Impôt sur le revenu

Lorsque vous effectuez des retraits, vous paierez sauf exception (licenciement par exemple) des impôts sur les intérêts en fonction du moment du retrait.

Avant 8 ans, il vous faut ajouter les gains perçus à vos revenus imposables (dans votre déclaration) si vous n’avez pas opté, au moment du retrait, pour le prélèvement forfaitaire libératoire (PFL). Celui-ci est de 35 % avant 4 ans et de 15 % entre 4 et 8 ans.

Après 8 ans, la fiscalité est encore plus favorable. Le prélèvement libératoire, si vous choisissez cette  option, est de 7,5 %. Et en plus, vous bénéficiez d’un abattement annuel de 4 600 euros d’intérêts (9 200 euros pour un couple marié).

Les gains en capital sont exonérés d’impôt si vous avez détenu le contrat d’assurance vie pendant au moins 8 ans. Concernant les intérêts et les dividendes, ils sont soumis aux prélèvements sociaux de 15,5% dès leurs versements, que ce soit pour les contrats en euros ou en unités de compte. Ce prélèvement est effectué à la source par votre assureur.

Il est important de noter que si vous souscrivez un contrat d’assurance vie avec une compagnie d’assurance étrangère, vous serez soumis aux règles de l’impôt sur le revenu français. Cela signifie que vous serez imposé sur les gains en capital au taux marginal de l’impôt sur le revenu. Les intérêts et les dividendes seront imposés au taux forfaitaire de 35%.

Si vous avez des questions concernant la fiscalité des assurances vie en France, il est important de consulter un expert fiscal.

La fiscalité des plus-values

Lorsque vous effectuez un retrait (ou rachat) sur votre contrat d’assurance-vie, les gains compris dans ce retrait sont soumis, selon votre choix, à l’impôt sur le revenu, sous forme de prélèvement forfaitaire libératoire (PFL), ou bien additionnés à vos autres revenus imposables et taxés en fonction de votre tranche marginale d’imposition.

Le PFL est dégressif, selon la durée courue depuis l’ouverture du contrat. Il s’élève à 35 % pour un contrat de moins de quatre ans, 15 % pour un contrat de quatre à huit ans, et 7,5 % pour un contrat de huit ans et plus.

Il est important de conserver son contrat plus de 8 ans car il est permis de retirer 4600€ ou 9200€ en couple en étant exonéré d’impôts. Si la somme est supérieure la taxation est alors de 7,5 %

Les avantages fiscaux des assurances vie

L’assurance vie est un placement financier populaire en France en raison de ses avantages fiscaux. Passé 8 ans et dans la limite du plafond de 9200 € vous ne payez aucune taxe. De plus, les contrats d’assurance vie peuvent être transférés en cas de décès à un conjoint ou à des héritiers sans imposition.

À lire aussi  L'appli Crédit Mutuel Mobile : pourquoi télécharger l'application ?

Les avantages pour les héritiers

Si le bénéficiaire de votre contrat est votre conjoint  ou partenaire de PACS, il ne sera redevable d’aucun droit de succession, même si vous avez alimenté votre contrat après 70 ans.

Pour les autres bénéficiaires, le traitement fiscal varie selon l’âge de l’assuré lors du versement des primes :

Pour les sommes versées avant 70 ans

Après application de l’ abattement de 152 500 € par bénéficiaire, les capitaux sont taxés à 20 % dans la limite de 700 000 €, puis à 31,25 % (soit à partir de 852 500 €), depuis le 1er juillet 2014.

Les nouveaux contrats « Vie-génération », qui ont été créés en juillet 2014, bénéficient d’un avantage successoral supérieur : un abattement de 20 % s’applique avant l’abattement fixe de 152 500 €.  Dans ces deux situations, les capitaux transmis n’entrent pas dans la succession.

Pour les sommes versées après 70 ans

Un abattement unique de 30 500 € s’applique quel que soit le nombre de bénéficiaires. Au-delà, les capitaux versés sont réintégrés dans l’actif successoral. Toutefois, les intérêts capitalisés sont exonérés.

Comment choisir son assurance vie ?

L’assurance vie est un contrat par lequel une personne souscrit une police d’assurance sur sa propre vie. La police d’assurance garantit le paiement d’un capital ou d’une rente à un bénéficiaire désigné en cas de décès de l’assuré. L’assurance vie peut être un moyen efficace de planifier la succession et de transmettre un patrimoine à la famille. Elle peut également offrir une certaine flexibilité en termes de paiement des primes et du montant du capital garanti.

Toutefois, il existe différents types d’assurances vie et il est important de choisir celui qui convient le mieux à votre situation. Il est également important de comprendre les différentes clauses du contrat avant de souscrire une assurance vie.

Voici quelques points à prendre en compte lorsque vous choisissez une assurance vie :

– Déterminer le montant du capital que vous souhaitez transmettre. Le montant du capital dépendra de votre situation familiale, de vos objectifs financiers et de votre tolérance au risque.

– Choisir le type d’assurance vie qui convient le mieux à votre situation. Il existe différents types d’assurances vie, notamment les assurances vie temporaire, les assurances vie universelle et les assurances vie à participation.

– Comparer les offres des différentes compagnies d’assurance. Les compagnies d’assurance proposent des contrats d’assurance vie avec des conditions et des tarifs différents. Il est important de comparer les offres avant de souscrire un contrat.

– Prendre en compte les options de paiement des primes. Les compagnies d’assurance proposent généralement différentes options de paiement des primes, notamment le paiement annuel, le paiement mensuel ou le paiement unique.

– Souscrire un contrat d’assurance vie auprès d’une compagnie d’assurance réputée. La souscription d’un contrat d’assurance vie auprès d’une compagnie d’assurance réputée garantit un paiement rapide et efficace du capital en cas de décès de l’assuré.

Assurance vie et succession : comment ça marche ?

L’assurance-vie est un contrat entre un assureur et un souscripteur, au cours duquel l’assureur s’engage à payer une somme d’argent déterminée à un bénéficiaire désigné en cas de décès du souscripteur. Les bénéficiaires peuvent être des personnes physiques ou des organismes, comme des associations ou des fondations.

Il existe différents types d’assurance-vie, mais le principe est le même : le souscripteur paie des cotisations régulières à l’assureur, en échange de quoi l’assureur s’engage à payer une somme d’argent au bénéficiaire désigné en cas de décès.

À lire aussi  Ce qu'il faut savoir sur un simulateur de rachat de crédit immobilier

L’assurance-vie peut être un excellent moyen de se prémunir contre les aléas de la vie et de protéger ses proches. Elle peut aussi être utilisée comme une stratégie de placement, notamment dans le cadre de la retraite.

Les contrats d’assurance-vie sont soumis à la loi sur les assurances, qui encadre les conditions de souscription et de résiliation, les garanties offertes, les frais applicables, etc.

Pour souscrire un contrat d’assurance-vie, il faut généralement fournir des informations sur sa situation personnelle et financière, ainsi que sur ses objectifs. Il est important de bien comprendre les conditions du contrat avant de s’engager.

Les contrats d’assurance-vie peuvent être résiliés à tout moment, mais il est important de se renseigner sur les conditions de résiliation avant de souscrire un contrat.

En cas de décès du souscripteur, le bénéficiaire désigné recevra la prestation décès déterminée par le contrat. Il est important de bien choisir le(s) bénéficiaire(s), car une fois le contrat souscrit, il est généralement très difficile de modifier les bénéficiaires désignés.

L’assurance-vie est un contrat soumis au droit français. Toutefois, il est possible de souscrire un contrat d’assurance-vie auprès d’une compagnie d’assurance étrangère.

Tout savoir sur les frais de gestion de votre assurance vie

Les frais de gestion de votre assurance vie sont les frais que votre compagnie d’assurance vie prend pour gérer votre police d’assurance vie. Des frais de souscription, de gestion ainsi que d’arbitrage peuvent être négociés. Les frais de gestion de votre assurance vie sont calculés en fonction du montant de l’assurance vie, de la durée de l’assurance vie et du type de police d’assurance vie.

Rendement de l’assurance vie : comment ça marche ?

L’assurance vie est un produit d’épargne qui permet de se constituer un capital à long terme. Elle permet également de bénéficier d’une rente viagère si l’on est toujours en vie à la date de règlement.

Le rendement de l’assurance vie dépend du contrat que vous avez souscrit. Il peut être composé d’un rendement fixe et/ou variable. Le rendement fixe est garanti par l’assureur et est calculé en fonction du taux de rendement du contrat. Le rendement variable, quant à lui, dépend des performances des fonds en euros et des unités de compte que vous avez souscrits.

Pour savoir combien vous avez gagné en intérêts, il suffit de regarder votre relevé annuel. Votre capital est également indiqué sur ce document. Si vous avez souscrit un contrat d’assurance vie, il est important de connaître son rendement. En effet, c’est grâce à ce dernier que vous pourrez savoir si votre épargne fructifie ou non.

L’assurance vie est un type d’assurance qui vous permet de protéger votre famille en cas de décès. Elle peut également être utilisée pour financer des projets ou des achats importants. Il existe différents types d’assurance vie, mais tous ont pour objectif de vous aider à atteindre vos objectifs financiers.

Les Français aiment l’assurance vie, mais ils aiment encore plus le fonds en euros ! Selon les chiffres dévoilés par la FFSA, ce dernier pèse 85 % de l’encours total. Un plébiscite légitime car le fonds en euros présente trois atouts inégalables : une garantie en capital, une liquidité à tout instant, et une sécurisation des produits annuellement générés (effet de cliquet).

À l’inverse, les unités de compte ne sont pas garanties en capital mais elles offrent un potentiel de performance supérieur au fonds en euros. Dans une logique de diversification, combiné avec les UC, le fonds en euros permet de servir de matelas de sécurité en amortissant la baisse éventuelle des marchés financiers